bandeau

Impacts physiologiques


Article extrait d'un livret technique réalisé par Malorie Champagne - Sage-Femme
Centre Hospitallier du Luxembourg
Date : 2010

Stimulation des sens


Pendant le portage, plusieurs sens sont stimulés

Sens du toucher

Le sens du toucher est un des sens les plus importants pour le développement du bébé à la naissance, il est déjà bien opérationnel. Le contact corporel peau-à-peau signale la présence d'un être familier.

Portage en écharpe

Des études scientifiques ont prouvé les bienfaits du massage et du toucher. Lors des expériences avec des prématurés qui étaient régulièrement massés pendant deux semaines (des massages courts, mais fréquents, env. 45 min/jour), on a constaté que ces enfants prenaient deux fois plus de poids avec la même quantité de nourriture que le groupe témoin.

On a également observé que ces enfants étaient plus éveillés, savaient mieux s'orienter dans leur environnement et se calmaient donc plus vite ("capacité d'autorégulation").

On a constaté que les bébés massés pouvaient rentrer à la maison environ une semaine plus tôt que le groupe témoin, que la bonne croissance continuait ensuite et qu'ils étaient mieux accueillis par leurs parents.

Ces phénomènes ont été confirmés par des études sur l'activité du métabolisme.

Les sensations tactiles intenses favorisent la sécrétion de certaines substances du corps, favorisant ainsi une meilleure assimilation de la nourriture prise.
De plus, il a été démontré que les bébés massés sont moins assujettis au stress. On peut dire que les sensations tactiles sont de la nourriture pour l'âme qui se mesure vraiment en grammes !

Une des observations les plus remarquables dans les études sur le portage est le fait, que les bébés portés (en plus de la prise dans les bras habituels) crient beaucoup moins dans la journée et se calment plus facilement.

Les câlins, excès de câlins, aussi bien que les massages contribuent à développer une conscience du corps et une image positive de son corps, ce qui est important pour le futur adolescent.

Sens visuel

Voir et être vue par le bébé

 

Un bébé porté profite d'une place privilégiée auprès du porteur.

La distance entre la tête du porteur et celle du bébé correspond juste au champ de vision du nouveau-né. Un bébé en poussette qui se trouve loin du corps de ses adultes peut seulement soupçonner la silhouette des parents ou les voir quand ils se penchent au dessus de la poussette.

Si cela constitue la principale occupation pendant les premières semaines et mois de vie, peut-être interrompu par quelques calins ou des petites tétés, il n'est pas étonnant qu'un bébé exprime son insatisfaction et son désaccord.

Sensation du mouvement et de l'équilibre

Un bébé porté ressent tous les mouvements du porteur, son sens de l'équilibre et du mouvement, ainsi que l'aperçu de son propre corps sont stimulés. Souvent, l’adulte, ne perçoit plus la stimulation de ces sens. Notre conception se limite souvent aux sens "classiques": ouïe, odorat, goût, vue et toucher. Et pourtant, le sens de l'équilibre est un des premiers à fonctionner et se forme déjà vers 6-8 semaines in utéro.
Comme le toucher, le mouvement rassure le bébé. Il sait qu'il n'est pas seul.



Développement du cerveau


Nous savons aujourd'hui que le cerveau forme des liaisons en fonction des stimulations reçues (p.e. entraînement, pratique d'un instrument) et que ce réseau devient de plus en plus dense quand la stimulation est répétée souvent.

portage en écharpe

La structuration et l'intégration dans le cerveau des stimulations reçues par les différentes parties du cerveau permettent à un individu de réagir aux stimulations de son environnement de façon contrôlée et coordonnée.

Déjà avant la naissance, le cerveau s'organise en fonction des stimulations. Les scientifiques savent aujourd'hui que la croissance du cerveau est déterminée par l'intégration des stimulations reçues. Plus le cerveau reçoit certaines stimulations régulièrement, plus les neurones et certaines parties du cerveau vont se développer et former des connexions.

Ainsi se constitue un réseau de neurones connectés de plus en plus dense. Les réactions aux stimulations seront donc de plus en plus adaptées aux besoins, précises et coordonnées. Alors, plus on stimule certaines régions du cerveau, plus ces régions se structurent, interagissent et améliorent les liaisons entre différentes zones, plus les réactions seront adaptées et affinées.

Avec chaque mouvement de la mère, le foetus reçoit des stimulations tactiles ou proprio-vestibulaires qui sont essentielles pour le développement du cerveau. En étant porté, le nourrisson peut recevoir des stimulations et faire des expériences dont il n’est pas capable tout seul, compte tenu du niveau de son développement moteur.

Ceci donne au nourrisson la possibilité d’en savoir plus sur son corps. On sait aujourd'hui que la base du développement de la conscience du corps dépend des stimulations tactiles, des réactions d'équilibre et des activités mtrices ainsi que de leurs sensations. Il semble que la conscience du corps est également liée à la confiance en soi.

Mieux bébé coordonne, maîtrise et domine ses fonctions corporels et plus il aura une image positive de son corps, donc mieux il osera bouger !

Portage et dysplasie de la hanche


Il n'est pas rare, que les médecins diagnostiquent chez les nouveau-nés des dysplasies (anomalie dans le développement biologique entrainant des difformités) des hanches.
Les articulations de la hanche (contact entre la tête du fémur et la hanche) ne sont pas encore assez développées, d'où le risque d'une luxation de la hanche.

Même si 60-80% des dysplasies sont temporaires et se seraient arrangés sans intervention, on prescrit alors des culottes spéciales (corsets) qui sont censées tenir les jambes du bébé écartées, dans la position idéale pour le bon développement de la hanche.
Cette position idéale, recommandé dans la littérature médicale, consiste à écarter les jambes de 30-40° touts en pliant les genoux entre 90 à 120° (position "grenouille").

Orthèse pelvi-fémorale de
traitement de la dysplasie

Orthèse

Dans cette position, la tête du fémur se trouve juste en face de la glène de la hanche. Le problème de ces culottes est leur rigidité qui empêchent le bébé de bouger et limitent largement sa liberté de mouvement et empêchent les adultes de prendre le bébé dans leurs bras ou sur les genoux. Le portage peut aider dans ces cas et remplacer partiellement ou totalement (dans la plupart des cas) cette culotte spécifique. Quand le bébé est correctement porté sur la hanche, les jambes sont écartées en moyenne de 45°, les cuisses pliées autour de 90° ou plus, jusqu'à 120°.

Ainsi, le bébé prend, sur la hanche, instinctivement une position qui correspond à son anatomie et remplit en même temps les conditions idéales thérapeutiques ou préventives de la dysplasie des hanches.

En plus, les mouvements de l'adulte qui porte sont constamment transmis au bébé, qui reçoit donc des stimulations musculaires ("massages") en continue, ce qui favorise une bonne circulation pour le bon développement des articulations.
De récentes études sur l'apparition des problèmes de luxation des hanches dans différentes cultures ont prouvé l'efficacité du portage pour le nourrisson aussi bien au niveau physiologique/thérapeutique que psychologique.

Position du bébé lors du portage en échape

Chez les peuples qui portent leur bébé, surtout en Asie et en Afrique, les dysplasies de la hanche est presque inconnues. Par contre, dans les cultures, qui favorisent une position des jambes allongées (comme les Indiens du Nord du Canada, qui attachaient traditionnellement leurs bébés sur une planche pour les porter), le taux des dysplasies atteignait 12,3% contre 1,2% chez les bébés qui n'étaient pas élevés selon cette méthode traditionnelle.
Déjà en 1940, le médecin japonais Nagura montrait une relation entre mode de portage et problèmes des hanches. Jusqu'au milieu de notre siècle, les Japonais ne connaissaient guère de problèmes de dysplasie. Seulement avec l'arrivée des méthodes occidentales, ces problèmes sont apparus.

Grace à ces observations, le Dr Nagura ne traita pas les dysplasies des hanches de neuf de ces petits patients par une intervention chirurgicale, comme c'était la règle en Europe à cette époque.

Il dit alors aux parents de porter leur bébé de façon traditionnelle jusqu'à ce qu'une place à l'hôpital soit libre pour l'opération. Ainsi, ces cas étaient guéris avec succès sans opération. Même si nous ne connaissons pas de détails sur la gravité des dysplasies, les observations de Nagura ne montrent pas seulement l'effet préventif du portage, mais laissent également attendre à un effet thérapeutique.

position des hanche en portage
Enroulment vertebrale
source Ergo-Baby

 

Risque de déformation de la colonne vertébrale ?


Les jeunes parents entendent souvent comme conseil qu'un nouveau-né doit passer ses premiers mois allongé dans un lit afin de favoriser le bon développement de la colonne vertébrale.

On craint des scolioses (déviation de la colonne vertébrale dans le sens transversal) et / ou des cyphoses (déviation de la colonne vertébrale avec convexité postérieure), car un bébé tient assis tout seul seulement vers six mois. Mais ces voix ne prennent pas en compte que :

portage et colonne vertebrale
  • Bébé a déjà passé 9 mois dans l'utérus de sa mère avec le dos arrondi.
    la colonne vertébrale du bébé n'est pas encore formé en double S pour amortir les chocs en marchant, comme c'est le cas chez
  • L'adulte, mais elle reste souple pendant au moins les deux premières années; d'où la nécessité de bien soutenir le dos arrondi, surtout d'un nouveau-né qui ne tient pas encore assis tout seul.
  • Le dos est bien soutenu dans un porte-bébé bien conçu et bien adapté.

Aucune étude n'a pu trouver une relation entre le portage prolongé et des malformations de la colonne vertébrale du nourrisson.

D'ailleurs le problème ne se pose pas tellement pour le bébé, mais bien pour le porteur. En effet, le portage prolongé peut faire ressortir des problèmes de dos chez ce dernier. Dans ces cas, ce n'est pas le portage en lui-même avec un porte-bébé adapté et bien conçu qui est mis en question, mais bien un problème préexistant et non encore décelé.

Dans tous les cas, écoutez votre corps et favorisez des positions qui répartissent bien le poids du bébé sur les épaules et qui vous offrent également un soutien. Evitez les cambrures et serrez l'écharpe assez fort afin de ne pas être obligé de compenser le poids du bébé avec votre corps! Restez droit et centré autant que possible! (référence n°3)

 

Anatomie


Un dos de bébé arrondi est tout à fait sain! Le bébé naît recroquevillé, c'est-à-dire avec une courbure totale (cyphose totale). Celle-ci présuppose la position grenouille (jambes écartées et pliées). Le redressement de la colonne vertébrale a lieu en trois étapes et dure environ un an. Il se fait du haut vers le bas et commence par la colonne vertébrale cervicale.

En position ventrale, l'enfant peut lever la tête, la tenir levée, la tourner etc. Plus tard, il y parvient également en étant couché sur le dos. Le développement des 7 vertèbres cervicales (lordose cervicale) est alors terminé. Ensuite, l'enfant fortifie les muscles extenseurs et fléchisseurs du corps (muscles fléchisseurs de la poitrine et du ventre, muscles extenseurs du fessier et du bassin).

Peu à peu, toute la partie médiane de la colonne vertébrale, comprenant les 12 vertèbres dorsales (cyphose dorsale), s'étire. Ce développement est terminé lorsque l'enfant peut s'asseoir seul librement. Puis vient l'extension des 5 vertèbres lombaires de la colonne vertébrale (lordose lombaire).

Lorsque l'enfant peut marcher seul, les étapes et donc le redressement complet de la colonne vertébrale sont terminés.

Connaissant le développement de la colonne vertébrale, une écharpe porte-bébé optimale doit en conséquence remplir les conditions suivantes :

  • Elle doit être élastique mais doit maintenir l'enfant fermement et solidement.
  • Elle doit envelopper le corps du bébé comme un bandage bien serré.

L'écharpe doit être nouée de telle sorte qu'elle amortisse les mouvements et les chocs en les détournant de la colonne vertébrale de l'enfant pour les répercuter sur le porteur.

Ainsi, les vertèbres et disques intervertébraux de l'enfant, encore très sensibles, sont protégés. Pour une bonne protection, il faut veiller à la justesse de la position grenouille car celle-ci est, d'une part garante de la bonne position du dos et d'autre part, elle permet le bon développement de l'articulation de la hanche encore cartilagineuse.

 

La méthode kangourou


Le portage façon "kangourou" entre de plus en plus dans les services des prématurés.

A l'origine, cette méthode a été utilisée dans un hôpital de Bogota en Colombie. Comme il n'y avait pas assez d'incubateurs, on utilisait la chaleur des mères pour réguler et stabiliser la température des bébés prématurés (en partie de grands prématurés) en les posant sur la poitrine de leur mère.

Le taux de mortalité n'avait pas augmenté, au contraire il avait considérablement diminué. Même si les résultats sont relatifs, de nombreuses études prouvent l'importance du contact peau-à-peau et on sort aujourd'hui consciemment les prématurés des incubateurs pour les mettre sur la peau des parents, même des touts petits d'à peine plus de 700g et même si ce n'est que quelques heures par jour. Avec cette méthode, les prématurés se stabilisent très vite, l'activité cardiaque et la circulation se régulent, ils prennent plus de poids, dorment plus profondément et crient moins quand ils sont éveillés. Comme les bébés massés, ils peuvent en moyenne sortir une semaine plus tôt des couveuses et rentrer avec leurs parents.

Mais le portage, ce n'est pas seulement une régulation de température par la peau, mais toute la communication par le contact intense peau-à-peau qui permet au bébé la perception des parents avec tous les sens (odeur, battement du coeur, bruits familiers).

Dans l'ensemble, toutes les études sont d'accord : les bébés portés passent moins de temps à crier et restent plus longtemps éveillés dans un état satisfait et attentif, et sont donc ouverts à absorber de nouvelles expériences et impressions.

 

Références


 

Référence n°1 : Site web : http://www.allaitementpourtous.com : Portage physiologique vs suspension enfant. Reconnaître la différence et connaitre les effets.

Référence n°2 : Field, Tiffany M. / Schanberg, Saul M. / Scafidi, Frank / Bower, Charles R./ Vega-Lahr, Nitza / Garcia R. / Nystrom, Jerom / Kuhn, Cynthhia M.: Tactile/kinesthetic stimulation effects on preterm neonates", Pediatrics, 77, 1986, p.654-658)

Référence n°3 : Evelin Kirkilionis "Ein Baby will getragen sein" (Un bébé veut être porté), Kösel-Verlag, 1999

Référence n°4 : Kirkilionis, Evelin: "Die Grundbedürfnisse des Sâuglings und deren medizinische Aspekte - dargestellt un charakterisiert am Jungentypus "Tragling", Notabene medici, 2, 1997, S.61-66 (1ere partie) et 3, S.117-121 (2eme partie) et
Kirkilionis, Evelin: "Das Tragen des Säuglings im Hüftsitz – eine- spezielle Anpassung des menschlichen Traglings", Zoologische Jahrbücher, 96, 1992, p. 395-415

Référence n°5 : Qu'est-ce que la position jambes-écartées-relevées (appelée aussi parfois position grenouille), et est-il important que mon enfant adopte cette position ? Maintes fois évoqué, il est temps de faire le point sur ce sujet. Position jambes-écartées-relevées

Vous êtes içi : ACCUEIL  >>  PORTAGE  >>  Impacts physiologiques

Copyright Association Edelweiss 2015 - tous droits reservés