bandeau

Réflexologie pour les bébés

Introduction


Notons que les techniques appliquées aux adultes ne sont pas entièrement transposables aux plus jeunes.

Chez les enfants, les réponses sont rapides et importantes.

C’est un peu comme si la réponse était inversement proportionnelle à l’âge. Il est donc indispensable de prendre des précautions particulières quant à l’intensité du soin et à sa longueur.

Pour les bébés et les enfants, les protocoles sont courts et variables en fonction de l’état de l’enfant et de son caractère propre.
Le thérapeute doit s’adapter aux besoins de l’enfant et à ses réactions au cours de la séance. Il doit aussi gérer les réactions émotionnelles du parent qui accompagne l’enfant.

Il faut savoir que la réflexologie entraîne des réactions plus importantes chez les jeunes sujets et qu’à ce titre, il devient nécessaire de maîtriser les différentes techniques et les limites de ces dernières en fonction des troubles à traiter.

 

Indications


Ces techniques peuvent soulager ou traiter certains symptômes tels que les coliques, les reflux, les otites, les rhinopharyngites, les douleurs dentaires mais aussi l’hyperactivité et les troubles liés au sommeil qui représentent à eux seuls les indications principales de nos prises en charge.


Plus largement, la réflexologie accompagne les pathologies comme l’asthme, l’anorexie, l’autisme, la dépression chez les adolescents...

La réflexologie présente de nombreux avantages et des résultats encourageants.

 

Applications


À noter qu’avec les bébés, la séance sera souvent plus courte (entre 5 et 15 minutes), il en va de leur adaptabilité aux soins et c’est pourquoi on préconise des rendez-vous plus rapprochés pour des résultats plus rapides. Il est par ailleurs fortement conseillé d’associer la séance de bébé à celle de maman ou de papa ; ainsi parent et enfant bénéficie­ront des mêmes effets relaxants et éprouveront un sentiment de bien-être commun.


En général, pour respecter et entretenir le calme de l’enfant, il faut veiller à ce que la température de la pièce soit agréable, que l’enfant soit sur les genoux de sa maman ou de son papa pour se sentir en sécurité affective.
En cas d’impossibilité, il est préférable d’avoir recours au tapis de change ou à un autre lieu familier de l’enfant.

Veiller par-dessus tout à ce que l’enfant n’ait jamais froid lors de sa séance. Sa température corporelle a tendance à diminuer. En effet, c’est le premier signe d’une relaxation qui s’installe. De plus, l’état de relaxation entraîne une diminution de la gestuelle augmentant le risque de refroidissement de l’enfant.


En grandissant, l’enfant se révèle de plus en plus participatif à ses séances, il partage avec le soignant réflexologue un moment identifié comme agréable. Pour renforcer ce lien, souligner cette complicité, il est opportun d’agrémenter le massage d’une comptine à chanter, d’une histoire à raconter, voire quand il est plus grand, lui poser des questions sur sa journée par exemple pour lui faire prendre conscience qu’il est une personne unique et reconnue comme telle.

Reflexologie pédiatrique

Bleu : poumons
Vert : sinus
Rouge : diaphragme avec plexus solaire au centre


Dans cet état d’esprit, il est souhaitable de pouvoir partager, avec les parents désireux d’apprendre, quelques techniques simples qu’ils pourront mettre en œuvre avec leur enfant. C’est à la fois un moyen pour leur permettre de prolonger les bienfaits du traitement entre deux séances, mais c’est aussi et surtout un formidable outil mis à leur disposition. L’acquisition de ces techniques permet aux parents de renforcer leurs liens de parentalité, leur compétence, leur confiance et de pouvoir traiter les petits maux de tous les jours.


À la suite d’une séance de réflexologie, l’en­fant se sent généralement calme et reposé. Cependant, il pourra manifester des symptômes tels qu’un appétit accentué, une envie de boire, des frissons, une légère fièvre...
Ce sont des signes non préoccupants car de courte durée et qui témoignent des retentissements psychocorporels consécutifs à une séance de réflexologie.

Protocole


Pour traiter un enfant, il est nécessaire de bien connaître les zones et les protocoles de soin des pathologies pédiatriques. Pour réa­liser ce massage spécifique, le pouce du soignant ou du parent suit certains trajets très précis avec une technique spécifique.

La plus connue est celle de la « chenille ». Une flexion de 45° entre P1 et P2 permet de réali­ser une pression, elle est suivie d’une légère extension de P2 entraînant une diminution de la pression et permet d’avancer légère­ment. La pulpe du pouce réalise donc ainsi des pressions successives qui donnent ce mouvement de reptation appelé le mouve­ment de la « chenille ». Le pouce est légè­rement incliné pour que ce soit la partie externe de la pulpe qui réalise le massage.

Bleu : sinus
Vert : sphère ORL
Vert : système lymphatique
Rouge : gorge
Violet : nez

Réfléxologie pédiatrique


Prenons un exemple précis, celui de l’affection ORL chez un tout petit. La séance débutera par un massage classique de l’ensemble du pied droit.

Ce massage est une mise en relation du soignant et du soigné. Il est de courte durée. L’autre pied reste bien au chaud pendant la durée de ce massage sous une couverture ou dans une chaussette. Ensuite la séance de réflexologie suit le protocole décidé pour une pathologie donnée.

Pour les troubles ORL, le soignant réalisera trois passages avec son pouce en chenille sur les zones réflexes du diaphragme pour détendre l’enfant. Il poursuivra sur la zone des oreilles, yeux et trompes d’Eustache pour stimuler et dégager ces zones inflammatoires et encombrées. Il continuera avec un passage sur les zones qui sont souvent un peu congestionnées des poumons et des sinus.

La séance sur ce pied se terminera par un passage sur les zones du diaphragme et du plexus solaire pour conclure sur la détente générale.
Après avoir fini par un léger massage global de ce pied ; il sera remis au chaud soit sous une couverture soit dans une chaussette. Le massage en réflexologie se pour­suit sur le pied gauche. Il est indispensable de masser les deux pieds pour ne pas déséquilibrer le bébé ou l’enfant.

Si l’enfant semble agité en début de séance mieux vaut réduire le nombre de passages sur chaque trajet massé, ou bien choisir les zones les plus importantes de votre protocole.

Dans tous les cas, il est indispensable de traiter les deux pieds.
Si le but recherché est de libérer les voies aériennes, il est courant d’observer, après une séance, un écoulement plus prononcé des sécrétions nasales voire une toux plus productive.
En cela, il est toujours intéressant de faire participer les parents au massage de ces zones réflexes, comme il en va en kinésithérapie respiratoire, d’éduquer ces mêmes parents au DRP (désencombre­ment rhino-pharyngé) à l’aide des pipettes de sérum physiologique.

Ce partage d’information et de techniques simples entre dans le cadre de l’éducation thérapeutique, il contribue activement à accélérer le processus de guérison en cas de maladie.

 

Vous êtes içi : ACCUEIL  >>  REFLEXOLOGIE  >> Pour les bébés...

Copyright Association Edelweiss 2015 - tous droits reservés