bandeau
     
 

Kiné Actualité - L'hédomadaire des Kinésithérapeutes

N°1115 - Juin 2008

 

Aprrener aux parents à masser bébé

Apprenez aux parents à masser leur tout-petit

Depuis la nuit des temps, toutes les civilisations ont pratiqué le massage des bébés. Alors que cette tradition s’est perpétuée dans de nombreuses contrées, chez nous, en Occident, elle a disparu à la Renaissance, époque où le massage s’est médicalisé. Cependant, depuis quelques années, les consciences changent : de plus en plus de parents veulent aujourd’hui offrir le meilleur de leur amour en massant leur bébé.

Le toucher appartient à tous, mais nous, kinésithérapeutes, pouvons aider les parents à renouer avec ce toucher bienveillant. Voici quelques pistes pour guider les parents.

La peau

On le sait, aucune vie n’est possible sans elle : la peau est le lieu d’échanges entre le monde intérieur du bébé et le monde extérieur, celui des parents et de la fratrie. Pour comprendre son importance, nous devons nous rappeler que dès le deuxième mois de vie utérine le bébé est sensible au toucher. Au cours de la grossesse, l’existence de l’enveloppe maternelle se fait de plus en plus précise et l’omniprésence du toucher développe une mémoire tactile qui accompagnera l’enfant toute sa vie. A la naissance, le bébé a besoin d’être contenu, touché, rassuré. Il réclame ce contact, jusqu’à pleurer de longues heures s’il n’obtient pas satisfaction.

Masser le postérieure de bébé

 

Objectif du massage

Le massage des bébés est avant tout une extraordinaire aventure de communication parents-enfants. La qualité essentielle dans le massage est le respect de l’autre et en l’occurrence celle du bébé. Cette qualité d’attention à l’autre construit la relation bienveillante Les effets bénéfiques de ce type de massage ont des répercutions immenses sur la construction affective et psychologique des enfants. En atteste notamment une étude réalisée entre 1994 et 1996 dans l’Etat de l’Oregon, aux Etats-Unis  Elle montre une baisse significative des cas de maltraitance des enfants, qui passent, en effet, de 104 à 15 cas dans les familles ayant reçu un accompagnement au massage de leur bébé. De fait, le massage crée un contact humanisant.

Il apparaît ainsi que le massage a sa place dès le commencement et jusqu’au dernier souffle vital. En fonction des différentes étapes de la vie, cette pratique va se modifier, s’enrichir… Les effets bénéfiques du massage bébé se poursuivent tout au long de l’existence.

Il permet aux enfants de se construire avec beaucoup de sérénité et de confiance en eux. Lors d’épisodes conflictuels ou de stress, le massage, surtout chez les plus grands, aide à dénouer des situations difficiles à gérer. La mémoire tactile étant très puissante, elle permet aussi de rétablir le lien parent-enfant quand celui-ci se détériore.

En plus de cette extraordinaire aventure de communication, la pratique de cette technique recèle de nombreux bienfaits, autant dans le domaine du massage plaisir que dans celui du massage “thérapeutique”. La liste suivante n’est pas exhaustive, mais elle donne un aperçu de l’étendu de ces bienfaits :

  • détente
  • meilleur sommeil
  • souplesse musculaire
  • bonne tonicité
  • stimulation des connexions neuronales
  • meilleure conscience du schéma corporel
  • diminution de la douleur
  • reprise de poids chez les prématurés
  • diminution des problèmes respiratoires chez les prématurés
  • diminution des bosses sero-sanguines

 

Conditions pour réaliser un massage bébé


Pour se lancer dans le massage de leur bébé, les parents doivent respecter certaines conditions fondamentales de bon sens.
La première qualité requise est d’avoir envie de donner un massage et surtout d’avoir le temps de le donner. Si ces conditions sont respectées, même des parents stressés par leur journée de travail pourront masser leur tout-petit. Le bon test de réussite, c’est quand les parents trouvent que le massage de leur bébé les a détendus !
Les conditions matérielles pour la réalisation du massage sont importantes. Il faut une pièce suffisamment chauffée (environ 26 °C). Plus le bébé est petit, plus il faut veiller à la bonne température de la pièce.
Prenez soin d’écarter toute lumière directe.
La musique de fond n’est pas du tout nécessaire. Elle peut même être préjudiciable. Elle monopolise le sens de l’audition et empêche le parent de rester attentif à son enfant. De plus, le calme de cette communication privilégiée peut favoriser l’émergence d’une petite musique personnelle qui viendra renforcer le lien.
Le masseur doit être bien installé. Il faut éliminer toute tension musculaire qui pourrait être préjudiciable à la qualité de l’échange. Pour masser les plus jeunes enfants, l’une des solutions les plus évidentes est la table à langer, dans la salle de bains. Lorsque l’enfant grandit, les parents préfèrent souvent la chambre à coucher.
Un massage avec un bébé ou un enfant ne doit pas excéder 30 minutes. Plus l’enfant est jeune, plus le massage est court (quelques minutes). Ensuite, il faut s’adapter aux particularités de chaque enfant : alors que certains ne supportent pas d’être massés plus de quelques minutes, d’autres aiment faire durer le plaisir. Il revient aux parents de s’adapter à leur bébé.
Pour se construire, l’enfant a besoin de rythme. Si les parents massent leur bébé un jour sur deux, consacrant le lendemain au bain par exemple, l’enfant attendra le jour du massage.

Manœuvres préparatoires : La position magique

Avant de commencer un massage, il n’est pas inutile d’apprendre des techniques simples pour calmer le bébé, le soulever ou simplement lui annoncer qu’on s’apprête à le masser. Ces manœuvres visent à donner aux parents une bonne aisance gestuelle, qui mettra leur tout-petit en confiance. Soulever bébé, le retourner, le déshabiller… et le mettre en “position magique”. Dans cette posture, il reproduit la position fœtale, qui permet en outre une grande connivence visuelle : les yeux du bébé sont environ à 30 cm du visage du parent, et c’est la distance à laquelle il voit le mieux.

Pour exécuter la position magique, ramenez le gros orteil droit sur le mamelon gauche du bébé, puis amenez l’autre pied sur le mamelon droit. Avec l’index maintenez le cinquième orteil pour empêcher le bébé de partir en extension. Placez la paume sur la base des fesses. Avec l’autre main, réalisé un V entre le pouce et l’index. Basculez légèrement le bébé sur le côté et passez la main sous la nuque en plaçant le V au dessus de la ligne occipitale. L’éminence thénar et le cinquième doit forme une ligne qui soutient le haut du dos. La nuque du bébé s’enroule dans la paume de la main de celui qui le soutient. Il se trouve alors en position fœtale et vous pouvez facilement capter son regard pour lui annoncer l’entrée en massage. Si l’enfant désire être massé, ses muscles cervicaux se relâcheront, entraînant une plus grande flexion. Dans le cas contraire, on assiste à une légère extension du rachis. Ces réactions peuvent être à peine perceptibles mais avec l’habitude, il est aisé de les repérer. Si la réponse est négative, il faut remettre le massage à un autre moment.
Cette position peut aussi servir dans bien d’autres cas qui requièrent l’attention du bébé comme par, exemple, pour le prévenir d’un geste intrusif ou désagréable mais aussi pour prendre le temps de partager la vie quotidienne.

 

Massage du dos et des fesses

Placez la main droite sur l’épaule gauche du bébé et glissez jusqu’à sa fesse droite. Simultanément, placez la main gauche sur l’épaule droite du bébé et glissez jusqu’à la fesse opposée. Vous pouvez enchaîner le mouvement plusieurs fois.
Vous pouvez accompagner les parents en posant simplement votre main sur la leur pour glisser avec eux jusqu’à la fesse opposée.
La technique se poursuit par le massage des fesses, en ramenant toujours les masses musculaires vers la raie des fesses.

Masser le dos de bébé

Massage des cuisses

Réalisez une “cuillère” entre le pouce et l’index. Passez votre main sous la cuisse du bébé et descendez sur la face antérieure de la cuisse. Passez ensuite sur le bord externe au niveau de la rotule afin de la contourner et revenez enfin sur la partie antérieure de la jambe, descendez jusqu’au pied en exerçant une légère traction pour obtenir l’extension de la jambe. Malgré un aspect circulaire, la pression se fait toujours avec la paume de la main, les doigts restent souples et suivent la forme circulaire du membre inférieur.
Attention, en haut de la cuisse, de ne pas coincer les parties génitales des petits garçons. Attention aussi, en arrivant au pied, de relâcher doucement la pression avant de retirer sa main afin d’éviter une triple flexion réflexe.
Si c’est un nouveau-né, il faut placer une main sur le sacrum pour effectuer une contre-poussée vers le haut : cela évitera d’entraîner le bébé vers le bas en réalisant la traction. Si l’enfant est plus grand, vous pouvez utiliser les deux mains alternativement sur le même membre inférieur.

Massage des pieds

Avant tout, couvrez le dos et les cuisses du bébé pour éviter un refroidissement pendant le massage.
Réalisez un V entre l’index et le majeur et placez-le sur la face antérieure du cou-de-pied afin de maintenir le pied du bébé. S’il fait des triples flexions inattendues du membre inférieur, vous pourrez l’accompagner sans perdre le contact. La face antérieure du pied du bébé est maintenue dans la paume du masseur, ce qui diminue par pression opposée le réflexe de grasping des pieds.
Avec cette prise, vous disposez de vos deux pouces pour masser les pieds du bébé. Le massage s’effectue avec la pulpe des pouces posés le plus à plat possible afin d’obtenir une pression régulière sur la surface massée. Les pouces se déplacent sur les pieds de façon alternative sans perdre le contact. Toutes les zones sont massées : la voûte plantaire, la base des orteils, le pourtour des malléoles, etc.
Une fois le massage global du pied terminé, vous pouvez utiliser des manœuvres de réflexologie plantaire adaptées au petit enfant. La réflexologie plantaire des bébés est très spécifique. Leurs réactions sont beaucoup plus rapides et intenses que celles des adultes. La pression exercée doit être assez douce pour ne pas déséquilibrer leurs fonctions essentielles.

Une fois le massage postérieur terminé, vous pouvez retourner le bébé pour continuer le massage des parties antérieures du thorax, du ventre, de la partie postérieure des jambes, des pieds, des mains et du visage.
Les parents ont souvent besoin d’apprendre à calmer les douleurs de ventre de leur bébé durant les 4 premiers mois. La manœuvre qu’ils apprécient le plus est celle qui consiste à fléchir les genoux du bébé tout en les maintenant serrés, et à masser son ventre avec ses genoux. Toujours tourner dans le sens des aiguilles d’une montre.
Ces quelques techniques vous permettront une première approche du massage bébé. Bonne route à tous ceux qui voudront accompagner les parents dans l’apprentissage de leur parentalité. Une merveilleuse aventure.

Masser le pied de bébé

 

 

Masser la main de bébé

 

Bibliographie :
Site de massage bébé : http://www.massage-bebe.fr/
“Bébé Bonheur : 35 massages de bien-être pour mon bébé”, Isabelle Gambet-Drago, éditions Manise.
“La peau et le toucher, un premier langage”, Ashley Montagu, éditions du Seuil.
“Eveil et santé de l’enfant par le massage chinois Tui Na”, Maria Mercati, Le Courrier du livre.
“Shantala, un art traditionnel”, Frédérick Leboyer, éditions du Seuil.

 
Vous êtes içi : ACCUEIL  >>  COIN DE L'ASSO  >>  ARTICLES DE L'ASSO.  >>  Kiné Actualité N°1115

Copyright Association Edelweiss 2015 - tous droits reservés